Langevin La Balance : site officiel du club de foot de St Joseph - footeo

LES TANGOS EN FINALE

27 août 2018 - 06:23

US Ste-Marie - AS Excelsior 1-4 (AP) - À onze contre dix depuis la mi-temps, les Saint-Joséphois ont fini par prendre le meilleur sur de vaillants sainte-mariens pour rejoindre la Saint-Pierroise en finale.

Les grands amateurs du ballon rond auront droit au fameux combat des chefs entre les deux plus belles écuries du foot péi. Comme la Saint-Pierroise tombeuse de la Jeanne d'Arc la veille (2-1), l'Excelsior a tenu son rang. La finale annoncée pour ne pas dire idéale sera bien à l'affiche le 7 octobre prochain, probablement au stade Michel-Volnay. "On est content d'être du rendez-vous face à ce qui se fait de mieux actuellement", a souligné Dominique Veilex, l'entraîneur saint-joséphois, toutefois mitigé à l'issue des débats. Son équipe aurait pu plier le match dès la première période avec plus de justesse technique en contre-attaques, ou l'aide de la VAR (vidéo assistance) sur une main oubliée d'Alexandre Faconnier devant Andy Permal en pleine surface. Au lieu de cela, elle a progressivement perdu le fil d'une rencontre qui aurait pu lui échapper. "C'est interdit la deuxième mi-temps qu'on a proposé aujourd'hui. Il va falloir faire beaucoup mieux que ce qu'on a produit dans cette demi-finale." S'arrêter à la simple lecture du résultat serait en effet trompeur, tant le 4-1 est extrêmement sévère pour des Sainte-Mariens beaucoup plus joueurs à l'instar de leur capitaine Adrien Baur ou Henri-Charles Gladyson, toujours auteur de belles prestations face à ses ex. "On a mis tout ce qu'il faut dans le match en terme d'envie, de possession du ballon et des occasions, analyse Wilson Clara, le coach blaugrana. Les garçons ont tout donné au point de nous faire regretter de ne pas avoir eu cette équipe-là au coup d'envoi de la saison. Je n'ai rien à leur reprocher, mais pour un match aussi important, il y a eu trop de faits de jeu qui ont joué sur le scénario."

Ando exclu... Catren bousculé...

S'il n'a eu rien à redire de l'ouverture du score rapide de Mouhamadou Diaw auteur d'une belle volée du gauche sur le centre d'Andy Permal (5e, 0-1), le technicien sainte-marien a d'abord eu à palier la perte de Florent Ichiza sur blessure (41e). Il n'a surtout pas accepté l'exclusion d'Ando, coupable d'une faute sur Permal à l'entrée de la surface, une minute avant la pause. Considérant que le défenseur ait annihilé volontairement une occasion de but manifeste, Steeve Dubec a appliqué le règlement à la lettre en l'excluant. Logique mais dur. Portée par une impressionnante force mentale et physique, Sainte-Marie s'en est quand même remise malgré le vent de face à négocier. Avec le roc Fidèle Commune repositionné en défense centrale et Andy Sophie débordant de générosité au poste de milieu défensif, elle a fini par être récompensée de ses efforts considérables par un penalty consécutif à une faute pas totalement évidente de Jacques Grondin sur Moudhoihir Ben Yahaya. Donovan Bonet n'a pas tremblé, envoyant les deux équipes en prolongation (86e, 1-1). Punie pour avoir fait preuve de suffisance, l'Excelsior est quand même parvenue à faire parler sa supériorité numérique durant la demi-heure de rab. Là encore, le but, œuvre de Jonathan Boyer, a fait débat (95e, 1-2). Sensationnel dans la minute d'avant sur la reprise de la tête de Serigne Diop, Alexandre Catren a été bousculé dans sa prise de balle au sol. Sa main gardait d'ailleurs les stigmates du choc après la partie. "Il y avait faute sur notre gardien, c'est inadmissible, a déploré Clara. Ce but nous a coupé les jambes." La confiance a changé de camp. Entré en jeu en seconde période, le jeune Simon Benoist en a profité pour s'offrir un doublé, sur un centre de l'autre rentrant Serigne Diop (104e), puis d'un lob après avoir été lancé à la limite du hors-jeu par Chenine (117e). L'Excelsior a encore justifié sa réputation d'équipe de coupes. Son futur adversaire qui s'est incliné face à elle en finale régionale de la Coupe de France l'an dernier, est prévenu.

Mickaël Payet

 

Benoist à la conclusion

Lancé dans la partie à l'heure de jeu en lieu et place de Mohamed El Madaghri, Simon Benoist a été le grand homme de la fin de match, qu'il a clôturé par un joli doublé. "C'est le premier de ma jeune carrière, s'est délecté l'attaquant de 21 ans. Il arrive en demi-finale, ce n'est pas rien. Cela nous a libéré. Je suis très content d'avoir aidé mon équipe à aller plus loin dans cette compétition." Opportuniste, le pur produit de la maison orange a d'abord repris le centre de Diop légèrement dévié par Chenine (104e), avant de lober parfaitement le portier adversaire sur une ouverture lumineuse de Chenine (117e). "Comme à chaque fois qu'on fait appel à moi, je ne me suis pas posé de question", ajoute le "joker" de Dominique Veilex. "Que je sois sur le terrain, sur le banc, ou même avec la réserve, on peut compter sur moi. Je me donne toujours à fond. Le coach le sait." Apparu en fin de saison dernière dans l'effectif saint-joséphois avec même du temps de jeu lors du 7e tour de la Coupe de France, il est bel et bien l'un des symboles de la vitalité de l'école de foot des Tangos. "Ce que je vis aujourd'hui me donne raison d'avoir repris sérieusement le foot il y a un an. J'évolue dans le bon sens. Le travail paye." Il a en tout cas marqué des points auprès de son entraîneur pour la finale du 7 octobre. "Ce serait une grande première pour moi d'être à un si grand rendez-vous. On va bien se préparer."

Source: clicanoo.re

lien:https://www.clicanoo.re/Sport/Article/2018/08/27/Coupe-de-la-Reunion-Les-Tangos-lusure_546302

Commentaires

Départementale D2: Langevin La Balance euphorique

1 octobre 2018 07:06

Départementale D2: Langevin La Balance euphorique
Les joueurs de Gérard Barret et Dijoux Nono se sont imposés sur le score sans appel de 4-0. Une première mi-temps de rêve avec 3 buts qui ont ravis les spectateurs présents, mais a deuxième mi-temps fût gérer avec surtout une belle partie de notre... Lire la suite